23/11/2016

Un beau matin de novembre, ça pua le gaz

Mercredi matin, le genre de journée qui te donne pas envie de te lever, le week-end est encore loin, il fait moche et les rues sont bondées. Je me dirige vers mon université, le regard vide et l'esprit froid. Ma vieille clope électronique à la bouche je déambule au milieu des ouvriers qui retapent notre belle rue des lois. Matinée à 2 balles en somme.

Je remonte pépère la rue des Lois, un homme affuté d'un chasuble orange me saute dessus "VOUS ! Eteignez ça ! Y'a du Gaz !". Je regarde ma clope élec, je regarde le gars l'air ahuri, "Une fuite de gaz c'est dangereux coupez ça !". Je m'exécute, flemme de rentrer dans un débat sur l'absence d'incandescence d'une resistance qui chauffe, et en plus je suis nul en physique. Je continue à monter la rue, je me fais doubler par deux camions de pompiers en rage et 3 camionnettes de GDF affolées. En face de moi, la rue est trouble. Oui, trouble, troublée par la colonne de gaz qui s'échappe.

Prise de conscience, le moindre frottement de mes semelles contre l'asphalte peut faire péter le quartier, et mon école au passage. Que faire, attendre? Ne plus bouger ? Courir? L'odeur de gaz me prend le nez, les poumons, les yeux. Fin du monde? Et bien non, tout a été résolu très rapidement. Je peux dire merci le service publique pour toute cette émotion matinale.

19:28 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)